Les évolutions démographiques et une urbanisation galopante ont entraîné depuis la naissance de Lutèce de nombreux transferts du principal marché de produits frais de la capitale.

Le premier animait le coeur de l'île de la Cité, puis il s'implanta de l'autre côté de la Seine, Place de Grève ( l'actuel Place de l'Hôtel-de-Ville jusqu'au XII° siècle;Vers 1110, Louis VI le Gros décida un transfert en rase campagne, sur d'anciens marécages, aujourd'hui la rue des Petits-Champs. En 1183, Philippe Auguste fit couvrir ce marché ( Champeaux ) en construisant le premier pavillon des Halles et Saint-Louis en 1269 ajouta trois bâtiments dont un réservé aux poissons. EN 1543, François 1er décréta la "réformation des Halles" et les travaux durèrent 29 ans. Il fallut attendre 1789 pour voir apparaître le premier marché des fruits et légumes à l'emplacement du Cimetière des Innocents désaffecté. En 1811, Napoléon 1er décréta la reconstruction des Halles.

En 1845, Baltard fut nommé architecte des travaux d'agrandissements et d'aménagements des Halles, mais la Révolution de 1848 interrompit l'opération; Les travaux reprirent sous le Prince Louis Napoléon, Président de la République, et en 1853, le premier pavillon des Halles conçu par Baltard fut terminé. Construit entièrement en pierres - on l'appelait le "Fort des Halles"; Mais il fut jugé tellement peu fonctionnel qu'on dut...le démolir.
Baltard présenta alors un autre projet, inspiré de Horeau, l'apôtre de l'architecture métallique. Lorsque les huit pavillons de Baltard furent achevés, Paris possédait l'un des plus grands marchés de gros du monde, avec une structure parfaitement adaptée aux besoins de l'époque.
Pourtant, très rapidement, et toujours pour les mêmes raisons, en 1950, les Halles semblaient condamnées à une mort par asphyxie, à plus ou moins brève échéance.

Quand, en 1953, le gouvernement décida de créer une chaîne de "marché d'intérêt national", le problème des Halles de Paris revint à l'ordre du jour.

pavillon_baltard_1960

photo-archives du net (1960)

Il était alors indispensable que le Marché de Paris soit intégré dans la chaîne des "marchés d'intérêt national", mais l'emplacement des Halles ne répondait plus aux besoins d'un marché moderne. Le 13 Juillet 1962, l'irrévocable décision fut prise par Michel Debré à la demande du Général de Gaulle: on allait transférer les Halles de Paris. En raison du point de rencontre que devait présenter le Marché aussi bien pour les marchandises, que pour les vendeurs, les acheteurs et les moyens d'information, le terrain devait se trouver au carrefour des grandes voies routières, ferroviaires et aériennes. Il devait également offrir des possibilités d'évolution pour l'avenir.Et le choix s'est porté sur un vaste terrain dépendant des communes de Chevilly-la-Rue, Rungis, Thiais et Orly. En tout 600 hectares qui ont fait l'objet de deux déclarations d'Intérêt Public le 1er décembre 1961 et le 3 Décembre 1963. Le premier coup de pioche fut donné le 11 Février 1964, il fallut entre autres niveler 3 millions de m3 de terre, déplacer les aqueducs de la Vanne, du Loing et du Lunain, regrouper une série de lignes EDF à très haute tension et les disposer sur des portiques de 104 mètres de large, raccorder le réseau routier, le réseau S.N.C.F., construire 25 kilomètres de voirie et 35 hectares de parking, poser 66,5 kilomètres de canalisation, installer 4.500 lignes de téléphone et 350 lignes de télex.

Les 3 et 4 Mars 1969, le marché d'Intérêt National de Rungis ouvrait ses portes.

Cependant, il restait encore aux Halles de Paris le Marché de la viande; Ce marché devait être transféré sur le site de la Villette à côté des abattoirs au nord de Paris lorsqu'en 1970, il fut décidé de ne pas poursuivre les travaux sur ce site, mais de réaliser à Rungis les bâtiments nécessaires à l'accueil des mandataires en viande des Halles et les chevillards qui commercialisaient jusqu'à présent leurs viandes à la Villette. Les travaux de construction de ce marché furent entrepris le 16 Août 1971 et le 15 Janvier 1973, les produits carnés ( viande, volaille, gibier et abats ) quittaient les Halles et s'installaient à Rungis. Un an plus tard, les chevillards de la Villette rejoignaient à leur tour Rungis.

Ce dernier transfert marquait la fermeture définitive des Halles de Paris. Et ainsi, Rungis devenait le plus grand marché de produits frais du monde.

Deux vues par satellite ( google earth )

1

2
Nota bene: ces photos-satellite étant prises de jour, on comprendra aisément cette absence d'effervescence et d'activité extérieure

0_rungis_vue_generale
photo aérienne du Net